Le Growth Hacking, un terme assez technique et à la mode depuis son apparition dans la Silicon Valley en 2010, par une idée de Sean Ellis, fondateur de growthhackers.com. Mais que signifie-t-il réellement ?

Le concept se compose de « Growth » signifiant la croissance, et « Hacking » rappelant l’idée de méthodes qui brisent les codes habituels.

Et bien le growth hacking, c’est un ensemble de méthodes, ou pour être plus précis de techniques marketing, visant à intensifier considérablement la croissance d’une entreprise, et ce par tous les moyens, généralement non conventionnels.

Je vous l’accorde cette définition reste néanmoins abstraite et ne permet pas de se rendre compte réellement de ce qu’est le growth hacking. En réalité il s’agit d’un concept assez complexe qu’il est difficile de déterminer en une définition.

En 2010 dans la Silicon Valley, un ancien employé de Dropbox, Sean Ellis, dont le but était de développer la base utilisateurs du célèbre service de stockage, décide de quitter l’entreprise ayant d’autres projets en tête. Il doit pour cela léguer son poste mais qu’il n’estime pas comme simple « marketing manager », terme insuffisant pour décrire ses diverses activités. Il fait alors le choix de « growth hacking », expression que l’on connaît aujourd’hui.

Sean-Ellis

Il s’agit donc d’une discipline moderne et novatrice qui justifie le terme « hacking » par les moyens utilisés qui sont généralement informatiques.

Récupération d’adresses e-mails professionnelles (via un annuaire ou sur les réseaux sociaux spécialisés dans le monde du travail comme LinkedIn), le scraping qui consiste à récupérer les informations d’un site internet, ou encore des techniques moins conventionnelles et jouant avec les limites de l’éthique voir du juridique comme la création de faux comptes sur les réseaux sociaux notamment LinkedIn, afin de récupérer des données marketing.

Même si le growth hacking est un large ensemble de méthodes, conventionnelles ou non, celui-ci se base sur un processus principal permettant la mesure de la croissance d’une société au fil du temps.

On nomme ce processus AARRR pour Acquisition, Activation, Rétention, Revenus et Referral. Il s’agit de composantes souvent utilisées dans le marketing en général mais que les growth hackers utilisent pour voir si leur travail porte ses fruits :

  • Acquisition
  • Activation
  • Rétention
  • Recommandation
  • Revenu

methode aarrr